28-02-2007

RMIstes issus de l’agriculture ou de la viticulture

André Chassaigne a interpellé le Ministre de l’Agriculture sur le nombre de RMistes issus de l’agriculture ou de la viticulture.

En effet, la crise des prix dans l’agriculture et dans la viticulture a eu des conséquences sociales importantes, qui se traduisent manifestement par une augmentation significative du nombre de non-salariés agricoles bénéficiaires du revenu minimum d’insertion (RMI). C’est pourquoi il demandait au Ministre de lui préciser le nombre et l’évolution du nombre des demandes et des bénéficiaires du RMI, par activité d’origine, depuis les dernières années, et plus particulièrement durant ces derniers mois .

Le Ministre communique les chiffres suivants : « le nombre de non-salariés agricoles bénéficiaires du revenu minimum d’insertion (RMI) s’établit comme suit : au 31 décembre 2001 : 6 698 ; au 31 décembre 2002 : 7 075 ; au 31 décembre 2003 : 8 338 ; au 31 décembre 2004 : 7324 ; au 31 décembre 2005 : 7 122. Pour 2006, ce nombre est estimé à 7 100 bénéficiaires. Non seulement, il n’y a pas d’augmentation du nombre de non-salariés agricoles bénéficiaires du RMI, mais on constate plutôt une diminution depuis 2003 ». Il ajoute cependant que "de nombreuses mesures ont été mises en œuvre en 2006 : la prise en charge des cotisations sociales au profit des exploitants confrontés à cette crise constitue l’une des mesures d’accompagnement des situations sociales et professionnelles les plus difficiles notamment dans le secteur de la viticulture. Au total, face à la crise viticole, 100 millions d’euros en 2005 puis 90 millions d’euros en 2006 ont été versés au titre des mesures de soutien à la trésorerie, de l’aide aux agriculteurs en difficulté, de l’appui à l’exportation et des prêts de consolidation.

Afin de poursuivre l’effort qui a été engagé en 2006, il est prévu de proroger la mesure de préretraite en 2007 sur crédits nationaux au profit des agriculteurs en difficulté économique ou de santé. Pour tenir compte de l’allongement de la durée d’activité pour bénéficier de la retraite, l’âge d’accès à la préretraite sera reporté de cinquante-cinq à cinquante-sept ans. Ce report permettra, en outre, d’augmenter d’une façon générale le montant de l’allocation et d’accorder une revalorisation supplémentaire pour les viticulteurs en difficulté qui seront contraints de cesser leur activité professionnelle tout en arrachant leur vignoble".

Pour en savoir plus : RMIstes issus de l’agriculture ou de la viticulture

Imprimer