09-12-2005

André CHASSAIGNE se félicite de l’implantation de Brüggen à Thiers.

En 2002, lors du Salon International de l’Alimentation (SIAL), l’Agence Régionale de Développement d’Auvergne (ARD) avait rencontré l’un des cinq premiers producteurs européens de céréales pour le petit déjeuner, le groupe allemand Brüggen.
Brüggen recherchait alors un site pour installer une base de desserte des marchés du Sud de l’Europe (Espagne, Portugal, Italie, France). L’ARD a, par la suite, proposé plusieurs sites pour une installation en Auvergne.

Parmi ces sites, le bassin de Thiers a été promotionné, puis retenu au regard du cahier des charges de l’entreprise Brüggen, notamment en ce qui concerne la desserte et l’environnement.
Il s’agissait d’un enjeu capital pour ce bassin, à la recherche d’une nouvelle dynamique de développement économique : rappelons les 2 000 emplois perdus au cours des quatre dernières années.

Les partenariats engagés avec le Groupe Limagrain et avec le groupe Michelin, l’énergie déployée par l’ARD, tout a été mis en œuvre pour montrer l’attractivité de l’Auvergne. Le choix fait par le groupe Brüggen montre bien qu’en Auvergne, et à Thiers, les atouts sont réels pour faire venir de nouveaux investisseurs et de nouvelles entreprises.

Cette opportunité nous met du baume au cœur après les coups durs encaissés par le bassin thiernois. Il est aussi appréciable que cette implantation soit une activité qui permette à Thiers de se diversifier. De plus, l’installation de cette base de desserte pour les marchés du Sud de l’Europe viendra renforcer le pôle d’excellence agroalimentaire qu’est l’Auvergne.

L’unité de production, qui s’installera sur le dernier terrain disponible Zone du Felet, devrait être opérationnelle d’ici fin 2007. Les perspectives de création d’emploi seraient d’une centaine environ. Cependant nous en saurons plus quant au nombre et la nature des emplois créés, lors de la conférence de presse que devrait tenir le dirigeant de Brüggen mardi 24 janvier 2006.


André Chassaigne, régulièrement informé de l’avancement du projet depuis sa genèse, tient à remercier l’ARD pour son efficacité, et plus particulièrement son Vice-Président, Jacques Mizoule, Vice-Président du Conseil Régional d’Auvergne chargé des affaires économiques.
Il se félicite de l’excellent travail effectué en collaboration avec la commune de Thiers. Une fois de plus, la démonstration est faite que l’action collective et la détermination permettent d’obtenir des résultats tangibles.
C’est une même dynamique qu’il faut impulser dans la mise en œuvre du contrat territorial.


Pour en savoir plus : André Chassaigne

Imprimer