16-03-2006

DAPTA : courrier au Président de RENAULT.

Monsieur le Président,

Député de Thiers, dans le Puy-de-Dôme, je suis aujourd’hui extrêmement préoccupé par le sort de l’entreprise de décolletage Dapta, filiale du groupe Eurodec, aujourd’hui en dépôt de bilan. Cette entreprise réalisait plus de 13% de son chiffre d’affaires directement avec Renault en 2004.

Renault a reconsidéré, ces derniers mois, ces relations avec Dapta, si bien que Dapta ne travaille plus aujourd’hui que marginalement pour Renault. Son dépôt de bilan, le 1er février 2006, n’est d’ailleurs pas sans lien avec la perte d’un de ses principaux clients.

Je suis parfaitement conscient des lourdes fautes stratégiques commises ces dernières années par le management d’Eurodec et de Dapta. 450 emplois sont cependant en jeu, dans une ville qui a déjà perdu des centaines d’emplois industriels ces dernières années.

Les élus locaux, dont moi-même, les représentants des salariés, les représentants de l’Etat, sont aujourd’hui à la recherche d’une solution de reprise durable pour Dapta.

Aussi, dans cette optique, je souhaitais savoir si vous pourriez nous indiquer les raisons qui ont poussé Renault à cesser de se fournir en pièces de décolletage Dapta, dans quelle mesure et sous quelles conditions vous pourriez envisager une reprise de ces relations commerciales. L’incertitude qui pèse aujourd’hui sur les relations de Dapta avec ses clients pourrait être lourde de conséquences pour la pérennité de cette entreprise.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le président, l’expression de mes sentiments respectueux.

André CHASSAIGNE

Pour en savoir plus : André Chassaigne

Imprimer