07-10-2014

Diminution des volumes de publicités distribuées dans les boîtes aux lettres

M. André Chassaigne attire l’attention de Mme la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie la nécessité de diminuer le volume des publicités distribuées dans les boîtes aux lettres.

En effet, pour marquer les dix ans du lancement de la campagne nationale « stop pub », destinée à réduire le volume de la publicité dans les boîtes aux lettres, l’UFC-Que choisir de Clermont-Ferrand a réalisé une enquête dont les résultats sont particulièrement édifiants.

Ainsi, malgré cette campagne et l’efficacité du « stop Pub », elle a constaté une inquiétante croissance de la pression publicitaire avec 742 tonnes de prospectus par mois et une moyenne mensuelle par ménage passée en dix ans de 2 kg à 2,9 kg dans le Puy-de-Dôme.

Sur plan financier, ce sont près de 2,9 milliards d’euros qui sont dépensés chaque année en prospectus, soit 45 euros par an et par habitant, qui sont bien évidement payés dans le prix de vente par le consommateur. Or, si les émetteurs sont désormais responsables du traitement de leurs publicités, l’essentiel du coût reste à la charge des contribuables, car seulement 49 % du papier est aujourd’hui recyclé. UFC-Que choisir souhaite que soient mises en place des mesures incitatives plus fortes pour réduire le volume distribué et pour augmenter la part du papier recyclé, et que la contribution financière des émetteurs de publicité dans la gestion des déchets papier soit mieux connue. Elle demande aussi l’instauration de pénalités financières pour les publicitaires ne respectant pas le « stop pub ».

Il lui demande quelles initiatives elle compte prendre pour relancer la lutte contre le gaspillage publicitaire dans nos boîtes aux lettres, dont le coût est supporté par le contribuable et le consommateur.


Voir la question + la réponse (si parue) ici.

Pour en savoir plus : André Chassaigne - LC

Imprimer