06-08-2014

Engagements de la France au regard de la situation à Gaza et de la paix entre Israël et la Palestine

M. André Chassaigne interpelle Monsieur le Ministre des Affaires étrangères sur les engagements de la France au regard de la situation à Gaza et de la paix entre Israël et la Palestine.

Alors qu’une trêve est en cours, l’opération militaire israélienne « barrière de protection » relevant de la logique inique de la punition collective aura coûté la vie à près de 2000 habitants de Gaza, dont plusieurs centaines d’enfants, et blessé près de 10 000 personnes. Le bilan humain de cette opération, bien que non-définitif, se double de dégâts considérables sur les habitations et les infrastructures à Gaza.

Face à la situation dramatique vécue par les Palestiniens de Gaza, les tentatives de « rééquilibrage » du discours diplomatique n’ont pas dissipé le malaise créé par la position française affirmée au début des opérations militaires. Une grande partie des Français, attachés aux principes d’équité et de justice dans le conflit israélo-palestinien, attend de la France et des autorités européennes qu’elles s’engagent à prendre des initiatives à la hauteur des évènements pour obtenir un cessez-le-feu immédiat, et une véritable relance du dialogue et de la diplomatie sur la base du droit international, de la fin du blocus de Gaza, de l’arrêt de la colonisation, de la fin de l’occupation, et de la libération des prisonniers politiques palestiniens. C’est la condition de la paix et de la sécurité pour les peuples israé¬lien et pales¬ti¬nien.

A ce titre, la France doit agir concrètement et résolument au niveau international pour prendre des initiatives fortes pour assurer la paix et la sécurité entre Israël et la Palestine. Le gouvernement français doit s’engager pour stopper tout nouveau massacre en utilisant les moyens de sanction à sa disposition, notamment en saisissant le tribunal de la Cour Pénale Internationale, et en agissant pour la suspension immédiate des accords d’association et de coopération bilatéraux et européens avec Israël.

Seules des sanctions significatives et contraignantes à l’encontre de l’Etat d’Israël pour le contraindre à respecter le droit international peuvent permettre de faire pression sur les choix d’une droite nationaliste extrême qui entend poursuivre sa politique mortifère.

Cette exigence de sanctions contraignantes doit se doubler d’un véritable mandat de l’ONU en faveur de la protection internationale des Palestiniens, et l’ouverture d’une enquête internationale sur les crimes de guerre, manifestement commis à l’occasion de cette intervention à Gaza. Il appartient également à la France de renforcer dans les plus brefs délais les moyens d’aide humanitaire, médicale et sanitaire présents dans la bande de Gaza en commençant par les enfants.

En conséquence, il souhaiterait connaître sa position sur l’ensemble de ces mesures synonymes de rétablissement d’une diplomatie française active pour la paix entre israéliens et palestiniens.


Question N° : 63318 Question publiée au JO le : 26/08/2014 page : 7086


Voir la question + la réponse (si parue) sur le site de l’AN.

Voir aussi à ce sujet : question au Gouvernement du 23 juillet 2014.

Pour en savoir plus : André Chassaigne - AC

Imprimer