08-07-2011

L’espéranto au baccalauréat

M. André Chassaigne attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative sur la demande conjointe de deux associations, Espéranto France et Sat-Amikaro, pour que l’espéranto soit ajouté à la liste des langues admises en tant qu’option au baccalauréat.

L’esperanto est un langue pratiquée à travers le monde. Elle est parlée dans une centaine de pays répartis sur les cinq continents. Son nombre d’utilisateurs est estimé entre 3 et 10 millions.

Depuis qu’elle est présente, cette langue obtient des résultats convaincants dans le cadre d’échanges intellectuels internationaux et dans la compréhension mutuelle entre les peuples. Son apprentissage fait aimer et facilite grandement l’étude des autres langues. Elle peut jouer un rôle important dans la sauvegarde en Europe de nos diversités linguistiques et culturelles.

De par sa neutralité, elle offre une ouverture vers toutes les cultures. C’est une langue facile à apprendre, précise, nuancée adaptable aux évolutions des techniques. Elle est inscrite parmi les langues étrangères reconnues par l’Europe pour lesquelles il est possible de passer des examens dans le« Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues », mais elle n’est pas reconnue par la France.

C’est pourquoi, il lui demande de lui indiquer ses intentions quant à l’inscription de l’espéranto sur les listes des langues admises en tant qu’option au baccalauréat.

Question n° 113838 publiée au JO du 12/07/11

Pour en savoir plus : André Chassaigne - CG

Imprimer