03-10-2012

Les Député-e-s Front de gauche avec les Sanofi

Les salariés de Sanofi manifestaient, aujourd’hui à Paris, contre le plan de restructuration annoncé par la direction du groupe pharmaceutique et la suppression prévue de 900 emplois en France. L’arrogance affichée par la direction, ce matin, lors de la réunion du comité de groupe France, a conduit les syndicats à quitter la réunion une demi-heure après son ouverture.

L’attitude des représentants du groupe autant que l’annonce de 900 licenciements suivant l’élimination de 4000 emplois en 4 ans, est un véritable scandale : en 2011, le premier groupe pharmaceutique européen, le troisième mondial, a réalisé quelques 8,8 milliards de bénéfices. Et chaque année, Sanofi perçoit 130 millions d’euros d’aides publiques au titre du crédit d’impôt recherche.

Un gouvernement de gauche se doit de légiférer de toute urgence, pour interdire ce pillage et pour s’opposer à la casse de l’industrie et de la recherche françaises. C’est vrai pour Sanofi comme pour toutes les entreprises où l’appétit financier des actionnaires prime sur les intérêts des salariés et du pays.

Les Député-e-s du Front de gauche ont renouvelé leur soutien aux salariés de Sanofi regroupés cet après midi devant le Palais Bourbon.

André Chassaigne, leur chef de file et Marc Dolez, en recevant une délégation syndicale, ont dit une nouvelle fois, l’urgence que soit soumises au débat du Parlement les propositions de lois déposées en ce sens, par les parlementaires du Front de gauche.

Pour en savoir plus : André Chassaigne - AC

Imprimer