18-03-2014

Mesures de lutte contre le piratage des boîtes électroniques

M. André Chassaigne attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur les mesures de lutte contre le piratage des boîtes électroniques.

Malgré les reportages et informations diffusées dans les médias et certaines mesures de prévention à l’attention des particuliers, beaucoup sont victimes de pirates informatiques essentiellement basés à l’étranger. Utilisant les informations communiquées notamment dans les réseaux sociaux, ou par la méthode du phishing, les pirates arrivent à retrouver le nom puis le mot de passe permettant d’accéder aux boîtes électroniques. Ils usent ensuite de subterfuges permettant d’abuser de la crédulité ou de l’ignorance des personnes en contact avec le titulaire de la boîte électronique piratée.

En délivrant un message de demande d’aide urgente, ils arrivent ainsi à obtenir le versement à l’étranger de sommes importantes via des sociétés internationales de transfert d’argent. Il existe alors peu de chances de retrouver les responsables et les fonds extorqués.

La situation est difficile à vivre pour la victime, en raison des sommes perdues, mais aussi pour le titulaire de la boîte électronique, qui peut s’estimer redevable, sans pour autant être responsable.

Au regard du nombre important de ces affaires et des conséquences personnelles pour les victimes, des actions ne pourraient-elles pas être mises en place auprès des sociétés impliquées (opérateurs internet ou de transfert de fonds) afin de limiter le piratage ou d’en limiter les conséquences ? Par ailleurs, les assurances ne peuvent-elles pas couvrir ce type d’escroquerie, à l’instar de ce qui existe déjà pour les moyens de paiement ?

Il lui demande de bien vouloir répondre à ces questions et de lui communiquer les statistiques sur le niveau actuel de ces escroqueries et les mesures qu’il envisage pour renforcer la lutte contre ces pratiques.


Question N° : 51359 Question publiée au JO le : 04/03/2014 page : 1990


Voir la question + la réponse (si parue) sur le site de l’AN.

Pour en savoir plus : André Chassaigne - LC

Imprimer