24-03-2005

Plan Santé Travail 2005-2008

André Chassaigne attire l’attention de Monsieur le Ministre délégué sur les conséquences des mesures prévues dans le « Plan Santé Travail 2005-2008 » présenté par le Ministère de la santé, fixant le nombre de places ouvertes en dernière année de la formation de médecine à compter de 2005 : 60 places de médecins du travail sur les 73 existantes en 2004 sont supprimées.

Alors que la pénurie des médecins de travail et de prévention est déjà estimée à plus de 1 500 équivalents temps plein, ce plan confirme l’augmentation de la charge de travail individuelle dans des proportions alarmantes. De plus, dans les années à venir, près de 3000 des 7000 médecins du travail exerçant aujourd’hui auront alors atteint l’âge de la retraite.

Monsieur le Ministre délégué a précisé, en janvier dernier, que « des mesures de renforcement des effectifs ont été mises en place, notamment la régularisation des médecins non spécialisés mais exerçant dans les services de santé au travail, et la reconversion des médecins d’autres spécialités vers la médecine du travail », en indiquant que « ces mesures s’appliqueront jusqu’en 2007, date à laquelle la réforme des études médicales entrera en vigueur ».

C’est pourquoi André Chassaigne demande à Monsieur le Ministre de lui préciser, d’une part, l’état d’avancement des « mesures de renforcement », et d’autre part, quelle place il a l’intention de réserver à la formation des médecins du travail dans la réforme annoncée en 2007.


Réponse du Ministre :

L’attention du Gouvernement a été appelée sur le financement par l’Etat des ateliers de pédagogie personnalisée (APP) pour l’année 2005. Les crédits inscrits dans la loi de finances 2005 pour les APP s’élèvent à près de 20 millions d’euros, soit une augmentation de 25 % par rapport à ceux de l’année 2004. Cet effort traduit bien la volonté de l’Etat de soutenir significativement ces structures qui apportent un service éducatif de proximité pour les publics les plus fragilisés. Une première délégation de crédits à hauteur de 50 % de l’enveloppe de référence a été transmise aux directions régionales du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle en avril 2005. Une seconde délégation de crédits interviendra au deuxième semestre 2005 comme cela est pratiqué chaque année.

Pour en savoir plus : André CHASSAIGNE

P.-S.

Question n° 61670 publiée au JO le 29/03/05
Réponse publiée au JO le 30/08/05

Imprimer