23-11-2012

Protection des animaux utilisés à des fins scientifiques

André Chassaigne attire l’attention de Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, sur la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques.

La Directive européenne du Parlement Européen et du Conseil relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques, en date du 22 septembre 2010, dit que la douleur, la souffrance, l’angoisse des animaux de laboratoire doivent être réduites au minimum.

Or, à la suite de l’expérience conduite par le Professeur Seralini et l’Université de Caen, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) préconise des études élargies.

Elles concerneraient 400 animaux, sans préciser les espèces. Il pourrait s’agir de souris, de gerbilles, de rats ou de hamsters. D’autres instances françaises et européennes réclament elles aussi des études complémentaires.

Sans remettre en cause la nécessité de conduire ces études toxicologiques, André Chassaigne s’interroge sur l’opportunité de les remplacer, serait-ce pour partie, par une méthode de substitution à l’expérimentation in vivo en laboratoire.

Une étude épidémiologique internationale pourrait recueillir les enseignements de l’alimentation avec maïs et sojas transgéniques de millions de vaches et autres animaux d’élevage.

André Chassaigne demande au Ministre son appréciation sur cette proposition qui aurait le mérite de mettre en œuvre concrètement une méthode alternative en expérimentation animale.

Question n° 12085 publiée au JO du 27/11/12

Pour en savoir plus : André Chassaigne - AC/CO

Imprimer