27-07-2005

Situation de l’entreprise SEDIVER.

Depuis des mois, le gouvernement ne cesse de louvoyer au sujet de l’avenir de SEDIVER. Monsieur Sarkozy avait longtemps prétendu chercher une solution pour préserver le site industriel de Saint-Yorre et une grande partie de l’emploi. Il a finalement envoyé 200 gendarmes, alors que les procédures judiciaires n’étaient pas achevées, pour permettre à deux entreprises extérieures d’éteindre le four de l’usine et donc de casser cet outil industriel.

Ainsi, pour le gouvernement, l’emploi de la force passe avant l’exigence d’une solution négociée et industrielle à ce conflit.

Chacun le sait : l’extinction du four rendra très difficile la reprise de l’activité du site.

Ainsi, ce sont bien toutes les envolées lyriques du gouvernement sur l’emploi et la valeur du travail qui viennent d’exploser devant cette nouvelle preuve de la soumission de l’Etat aux patrons voyous et aux desiderata des marchés financiers.

La longue lutte, exemplaire, des salariés de SEDIVER pour la sauvegarde de leur outil de travail se heurte donc maintenant aussi au blocage de l’Etat.
Suite à une sollicitation de Jacques Mizoule, vice-président du Conseil régional, une délégation de syndicalistes et d’élus a été reçue, samedi dernier, par le Ministre des collectivités locales, M. Hortefeux. Le ministre n’a pas remis en cause le choix du gouvernement de servir les orientations des patrons de SEDIVER.

Monsieur Hortefeux a malgré tout accepté d’organiser une table ronde sur l’avenir industriel du site. Bien que sans grande illusion sur les résultats de cette initiative, nous la soutenons au nom de la sauvegarde de l’emploi comme nous soutenons toutes les démarches d’ouverture qui pourraient encore préserver ce site industriel.

Pour en savoir plus : André CHASSAIGNE

Imprimer