31-12-2012

Situation des personnels et cadre juridique d’emploi des Ateliers Industriels de l’Aéronautique (AIA)

André Chassaigne interpelle Monsieur le ministre de la Défense sur la situation des personnels et le cadre juridique d’emploi des Ateliers Industriels de l’Aéronautique (AIA).

Depuis deux ans, à l’AIA de Clermont-Ferrand, le recrutement sous le statut d’ouvrier d’Etat a cessé. L’atelier auvergnat complète désormais ses effectifs en embauchant des ouvriers contractuels dans le cadre de CDD qui débouchent éventuellement sur des emplois en CDI, ou par des CDI pour des jeunes ayant intégré les services récemment. Cette évolution nourrit une inquiétude légitime des salariés. De nombreuses mobilisations ont été organisées pour obtenir l’intégration de ces emplois dans le cadre statutaire.

Ces incertitudes statutaires s’accompagnent d’une suspension des décrets salariaux, avec comme conséquence un gel des salaires qui a amputé le pouvoir d’achat des ouvriers d’Etat des ateliers. Ces difficultés salariales et statutaires conduisent à une réelle dégradation des conditions de travail et amplifient la mal-vie des salariés.

Les représentants syndicaux des AIA demandent que la prise en charge de la maintenance des aéronefs, ainsi que les spécificités techniques et administratives pour assurer la maintenance tout au long de la vie des matériels volants de l’Etat, soient assurées par une véritable politique pluriannuelle de recrutement en emplois pérennes et à statuts (ouvriers de l’Etat, fonctionnaires techniques est administratifs). Avec le renouvellement de la flotte et des aéronefs de nouvelle génération (Rafale, Tigre, A400M), il souhaitent également qu’une véritable politique de formation initiale et continue accompagne tous les personnels techniques et administratifs au niveau des besoins.

En conséquence, André Chassaigne demande à Monsieur le ministre quelles décisions il compte prendre pour répondre aux besoins en personnels des AIA, et à l’indispensable sécurisation des statuts pour toutes celles et ceux qui travaillent pour la maintenance des appareils de nos forces armées.


Question n°14822 publiée au JO le 01/01/2013

Pour en savoir plus : André Chassaigne - AC

Imprimer