31-08-2015

Situation des producteurs betteraviers français et l’avenir de la filière sucrière

M. André Chassaigne attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement sur la situation des producteurs betteraviers français et l’avenir de la filière sucrière.

En effet, à l’instar d’autres productions, les betteraviers ont connu un prix d’achat moyen d’achat de leur récolte extrêmement faible, à 24,5 euros la tonne pour la récolte 2014. Les producteurs soulignent que les niveaux de prix ne couvrent plus les coûts de production moyens au niveau national et que les perspectives d’achat pour la récolte 2015 ne sont pas favorables.

Deux ans avant la fin des quotas sucriers européens, programmée pour 2017, et la dérèglementation des prix minimum garantis, les quelques 25 000 producteurs français demeurent très inquiets au regard des perspectives de la filière.

Même si certains outils de régulation tels que les dispositions interprofessionnelles et contractuelles de la filière sont maintenus, la plus grande incertitude règne vis-à-vis de l’ouverture totale de la filière aux marchés mondiaux.

Au regard de la situation des producteurs, il souhaiterait connaître les conclusions de la mission ministérielle lancée fin 2014 et relatives aux perspectives du secteur après 2017 et la fin des quotas sucriers, et les propositions qu’il compte mettre en œuvre.


Question N° 87383 Question publiée au JO le : 25/08/2015 page : 6422


Voir la question + la réponse (si parue) sur la site de l’AN.

Pour en savoir plus : André Chassaigne - JB

Imprimer