18-10-2004

Transport scolaire : billet à date précise

J’ai parcouru avec attention votre courrier du 10 septembre, par lequel vous m’informez des nouvelles mesures pratiquées par la SNCF, limitant les possibilités d’échange ou de remboursement des tickets de trajets non utilisés.

Comme vous le soulignez, ces mesures sont pénalisantes pour l’usager, en l’occurrence l’élève pensionnaire qui peut avoir des modifications d’emploi du temps de dernière minute, être malade, etc. Même si le billet peut être remboursé au plus tard la veille, certains évènements ne sont pas prévisibles.

J’ai donc pris contact avec la Direction Régionale de la SNCF à Clermont-Ferrand, et je dois rencontrer prochainement le nouveau Directeur nommé le 1er juillet dernier, Monsieur Jean ROUCHE.

D’après les renseignements téléphoniques que j’ai obtenus, les « billets à date précise » sont une mesure expérimentale, mise en place le 20 juillet 2004, sur 8 zones en France (zone 5 : Auvergne et Bourgogne). Cette mesure irait de pair avec un accueil renforcé, destiné à vérifier la validité des titres de transport. En effet, la SNCF aurait comptabilisé une perte de 183 millions d’euros qui serait directement liée à la fraude : billets non compostés réutilisés, ou demande de remboursement de billets non compostés, qui auraient permis à leur bénéficiaire de voyager « gratuitement ».

Monsieur Robert MERLE, à la Direction RER de Clermont-Ferrand, m’a précisé qu’ils étaient en train de faire un premier bilan, à partir des plaintes exprimées par les usagers sur les problèmes liés à la mise en place de cette nouvelle mesure, afin de voir quelle population était gênée par son application.
A partir de ce « retour d’expérience », la SNCF devrait, dans ses conclusions, soit supprimer cette mesure expérimentale, soit être à même de proposer une autre réglementation.

Conscient de la gêne occasionnée, plus particulièrement quand il s’agit d’usagers aux revenus modestes, j’adresse un courrier à Monsieur Jean ROUCHE dont je vous joins copie, et ne manquerai pas de soutenir votre demande de suppression de cette mesure auprès de lui, lors du rendez-vous que nous devons avoir prochainement.

De même, après ce rendez-vous et si cela s’avère nécessaire, j’interviendrai auprès de la Direction Nationale de la SNCF, et auprès du Ministre de l’équipement, des transports et du logement.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Pour en savoir plus : André CHASSAIGNE

Imprimer