19-11-2010

Formation et statut des auxilliaires de vie scolaire

Au sujet de la situation des auxiliaires de vie scolaire, une question d’André Chassaigne au Ministre de l’Education nationale, de la jeunesse et de la vie associative.

André Chassaigne rappelle le rôle important joué par les auxiliaires de vie scolaire (AVS) dans les réponses apportées à des besoins particuliers tels que la compensation des désavantages liés aux déficiences motrices, sensorielles, intellectuelles ou psychiques.

Aujourd’hui, ces assistants d’éducation recrutés avec le niveau BAC ou CAP petite enfance ne bénéficient pas d’une formation suffisante pour remplir leurs missions dans de bonnes conditions. En effet, comme c’est particulièrement le cas pour les AVS accompagnant des enfants dyspraxiques, ils doivent appliquer la pédagogie adaptée par l’enseignant, lui-même conseillé par des professionnels spécialisés. Il s’agit donc de missions complexes et déterminantes pour la réussite scolaire des enfants atteints d’un tel handicap.

En juin 2009, la fin de contrats de 5 000 AVS a contraint le gouvernement à voter un amendement dans l’urgence pour permettre une nouvelle embauche par l’intermédiaire d’associations. 1 500 AVS correspondaient aux critères de ce nouveau dispositif et seuls 23 d’entre eux ont été réembauchés. Ce désengagement massif de l’Etat a laissé des milliers d’enfants sans accompagnement durant leur scolarité. Laissés sans emploi ni formation qualifiante, ces auxiliaires de vie scolaire n’ont pu mettre à profit les compétences, parfois très pointues, acquises au contact des enfants.

En conséquence, André Chassaigne souhaite connaître les mesures que Monsieur le Ministre compte mettre en œuvre afin que les AVS soient recrutés suite à une formation qualifiante et dans le cadre d’un statut à part entière. Il demande également que le nombre de postes d’AVS soit déterminé en fonction des besoins réels des enfants pour que l’accompagnement soit assuré dans de bonnes conditions.

Réponse ministérielle du 21/06/11 :

La scolarisation des élèves handicapés dans les écoles et établissements scolaires publics et privés constitue une priorité du Président de la République et du Gouvernement. Des efforts conséquents sont conduits par le ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative pour permettre à tous les enfants et adolescents handicapés d’accéder à la solution de scolarisation la plus adaptée à leurs besoins et aux accompagnements qui leur sont nécessaires, conformément à ce que prévoit leur projet personnalisé de scolarisation, décidé par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées.

Des moyens d’une grande diversité sont mobilisés à cette fin : auxiliaires de vie scolaire, enseignants référents, dispositifs collectifs de scolarisation autorisant une adaptation plus importante des enseignements et facilitant dans un cadre conventionnel l’accompagnement des élèves par des services sanitaires ou médico-sociaux, actions de formation et d’information. La mise en œuvre par le ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a produit des effets considérables : plus de 195 000 élèves sont scolarisés en milieu ordinaire à la rentrée 2010, ce chiffre devrait dépasser 200 000 au cours de l’année 2011 soit environ 45 % de plus qu’à la rentrée 2005.

Au plan national, entre octobre 2009 et octobre 2010, les dotations mobilisées pour l’accompagnement individuel des élèves ont connu une progression de 12 %, tandis que le nombre d’élèves bénéficiant de cette prestation est passé de 48 182 à 57 067 soit une augmentation de 18,4 %. Le ratio moyen d’heures d’accompagnement par élève a été maintenu sur la période à un peu moins de quatorze heures par élève, ce qui correspond au ratio moyen prescrit par les MDPH. Dès la rentrée scolaire 2009, le ministère de l’éducation nationale, porte-parole du Gouvernement a par ailleurs signé une convention avec quatre fédérations d’associations pour leur permettre de recruter les auxiliaires de vie scolaire (AVS) en fin de contrat et sans possibilité de renouvellement, de façon à assurer la continuité de l’accompagnement nécessaire à certains élèves en fonction de la nature particulière de leur handicap.

À la lumière du bilan de l’année scolaire 2009-2010, et afin de garantir, quand elle est nécessaire à l’enfant, la continuité de l’accompagnement à l’école et au domicile, tout en offrant de nouvelles perspectives de carrière aux AVS, le Gouvernement a décidé de reconduire et d’améliorer ce dispositif permettant le recrutement d’AVS par des associations de personnes handicapées ou engagées en faveur des publics à besoins particuliers, avec des conditions financières renforcées : hausse des prises en compte par la subvention ministérielle des cotisations sociales, participation aux frais de gestion et de formation.

Ce nouveau dispositif est mis en œuvre depuis la rentrée scolaire. Une première convention-cadre a été signée à cette fin, le 1er juin 2010, par le ministre de l’éducation nationale, porte-parole du Gouvernement, en présence de la secrétaire d’État en charge de la famille et de la solidarité, avec la Ligue de l’enseignement, la Fédération générale des pupilles de l’enseignement public (FGPEP), la Fédération nationale d’associations au service des élèves présentant une situation de handicap (FNASEPH), et Autisme France. Elle a par la suite été signée par l’Union nationale des associations de parents de personnes handicapées mentales et de leurs amis (UNAPEI). Une seconde convention-cadre signée le 9 juin 2010 avec l’Union nationale de l’aide, des soins et des services aux domiciles (UNA), l’Union des associations ADMR (UNADMR), la Fédération nationale des associations de l’aide familiale populaire (FNAAFP) et Adessa à domicile Fédération nationale (ADESSA) permet d’étendre le recrutement des AVS à des associations de service d’aide et d’accompagnement à domicile qui interviennent déjà à la maison, de façon à mettre en place une offre de services transversale à tous les lieux de vie, notamment le domicile et l’école.

L’ensemble de ce nouveau dispositif devrait concerner 700 emplois dont le financement reste imputé sur le budget du ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative. L’enquête à fin octobre 2010 fait état de 135 assistants d’éducation bénéficiant d’un recrutement par une association en application des conventions signée en 2010, alors qu’au 30 juin 2010 leur nombre était de 71 au titre du dispositif mis en œuvre à la rentrée scolaire 2009.

Cette coopération entre les associations, le ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative et le ministère des solidarités et de la cohésion sociale constitue une étape importante dans l’effort en faveur de la scolarisation des enfants handicapés pour lesquels la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) a notifié un accompagnement.

Les efforts engagés par le ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative pour soutenir les enseignants qui accueillent des enfants handicapés et améliorer leur formation contribuent par ailleurs à une meilleure prise en compte des besoins particuliers des élèves handicapés.

En complément de ces actions visant à privilégier une scolarisation de proximité dans les écoles et établissements scolaires, des efforts sont conduits pour assurer une continuité du parcours scolaire et un enseignement de qualité aux enfants et adolescents dont le handicap nécessite un séjour dans un établissement sanitaire ou médico-social, tel qu’un institut médico-éducatif, et qui ne peuvent effectuer leur scolarité à temps plein dans une école ou un établissement scolaire. Sur le plan national, on recensait à la rentrée scolaire 2009 plus de 5 250 emplois d’enseignants de l’enseignement public et 1 820 de l’enseignement privé agréé mobilisés à cette fin, complétés par un volant conséquent d’heures supplémentaires, dont le financement est à la charge du ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative.

De plus, une attention particulière est apportée à la formation des auxiliaires de vie scolaire employés par le ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative quelle que soit la nature de leur contrat. Ainsi, depuis le début de l’année scolaire 2008-2009, chaque salarié employé en contrat à durée déterminée dispose d’une offre de formation variée, ainsi que d’un suivi personnalisé. Les bénéficiaires de ces contrats ont également accès au dispositif de la validation des acquis de l’expérience (VAE), notamment par le biais des attestations de compétences délivrées par les établissements employeurs à l’issue de chaque contrat. L’annexe 4 à la circulaire précitée présente les certifications de niveaux IV et V, relevant du ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative ou du ministère du travail, de l’emploi et de la santé susceptibles d’être obtenues par les AVSI.

Question n° 93840 publiée au JO du 23/11/10 - Réponse publiée au JO du 21/06/11

Pour en savoir plus : André Chassaigne - ED

Imprimer