29-09-2009

Editorial sur la réforme territoriale

A l’occasion des journées de l’ANECR des 3 et 4 octobre, l’éditorial d’André Chassaigne à paraître sur Elunet - Cidefil, au sujet de la réforme territoriale.

Sur la réforme territoriale

"Mesurons-nous bien à sa juste mesure le bouleversement en cours de nos institutions républicaines ?

Des déclarations présidentielles à la connaissance des projets de loi, des innombrables articles de presse aux commentaires à géométrie variable des associations d’élus, nous découvrons, semaine après semaine, l’ampleur d’une opération engagée pour mettre à bas deux siècles de construction républicaine et anéantir la démocratie locale.

Alors que ce grand chamboulement tient de la tectonique, la pire des choses serait d’y répondre avec une truelle de plâtrier.

Certes, au fil des informations qui nous sont données, nous travaillons beaucoup sur le contenu des réformes : champ d’intervention des futures collectivités territoriales et assèchement des solidarités, création des collectivités métropoles et projet de « société du Grand Paris », évolution des fonctions électives et réduction du nombre d’élus locaux, suppression de la taxe professionnelle et nouvelle répartition des recettes fiscales, recentrage des pouvoirs d’Etat et disparition de sa mission régulatrice, asphyxie des services publics locaux et ouverture à une marchandisation sans limites… Les domaines d’analyse ne manquent pas !

L’ANECR travaille d’arrache-pied : de ses associations départementales à son conseil national, des formations à l’initiative du CIDEFE aux réunions sur le Grand Paris. Nous décryptons, échangeons, confrontons, élaborons des alternatives, communiquons…

Cette fin de semaine, par une approche globale, les rencontres nationales de Dijon donneront une cohérence et une plus grande lisibilité à ce travail de plusieurs mois. Elles alimenteront aussi l’action parlementaire des sénateurs et députés, auxquels les projets de loi seront soumis dès cette fin d’année. Mais les enjeux de cette réforme sont d’une ampleur bien trop importante pour déléguer la riposte aux seuls élus nationaux et des grandes collectivités. C’est une société complètement nouvelle que le pouvoir construit. C’est donc la société toute entière qu’il nous faut mobiliser en urgence pour que ce projet échoue.

Notre responsabilité est immense. Plus que jamais, il nous faut impliquer la population, révéler les non-dits, expliquer les enjeux, initier et co-élaborer des actions larges, rassembleuses, massives.

Cette lutte citoyenne est d’une importance historique.

Il nous faut la gagner !"

Voir aussi sur le même sujet :

Pour en savoir plus : André Chassaigne

Imprimer