22-02-2010

Accès des petites et moyennes entreprises au crédit

Séance publique - 1re séance du mercredi 17 Février 2010

(La séance est ouverte à quinze heures.)

Questions au Gouvernement

Accès des petites et moyennes entreprises au crédit

M. le président. La parole est à M. Olivier Dassault, pour le groupe de l’Union pour un mouvement populaire

(…)

Mme Christine Lagarde, ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi. Monsieur le député, le financement des entreprises, des ménages, des collectivités locales est indispensable au bon fonctionnement de notre économie. J’ai réuni jeudi dernier l’ensemble des réseaux bancaires, afin d’examiner comment les banques avaient tenu leurs engagements vis-à-vis du Gouvernement, qui s’est mobilisé pour assurer le financement de l’économie au moment de la crise financière.

Mon commentaire est le suivant. Il est très simple : « Encourageant, mais peut mieux faire ».

Encourageant, pourquoi ? Parce que les banques ont financé l’économie française, et ont augmenté leurs encours de crédit de 2,7 %. Nous leur avions demandé 3 %, elles ont fait 2,7 %. C’est encourageant parce qu’elles sont largement au-dessus de la moyenne européenne, qui est une augmentation des encours de 0,05 %. Les banques françaises, statistiquement, ont mieux financé l’économie que dans le reste de la zone euro.

M. André Chassaigne. Cela dépend de qui elles financent ! Il y a des différences entre les PME et les grands groupes !

Mme Christine Lagarde, ministre de l’économie. Et quand on examine le détail, elles ont bien financé les collectivités locales, elles ont bien financé les grandes entreprises qui le leur demandaient, elles ont bien financé les ménages.

Mais je dis : « Peut mieux faire, et doit mieux faire ». Car il est clair que les banques, en direction des petites et moyennes entreprises, et particulièrement des PME, doivent faire mieux. Elles ont pris l’engagement de consacrer, au cours de l’année 2010, une enveloppe spécifique de 38 milliards d’euros au financement des entreprises. « Peut mieux faire, donc, et doit mieux faire. » C’est la raison pour laquelle je leur ai demandé d’identifier une enveloppe qui serait spécifiquement dédiée aux crédits de trésorerie. Pour les crédits d’investissement, elles ont su faire,…

M. Maxime Gremetz. On ne prête qu’aux riches !

Mme Christine Lagarde, ministre de l’économie. …mais les crédits de trésorerie vont être nécessaires aux petites et moyennes entreprises dans une période de retournement où elles doivent reconstituer leurs stocks et ont des besoins en fonds de roulement.

Deuxièmement, j’ai également demandé aux banques de prévoir un objectif d’augmentation des encours au titre de l’année 2010.

M. André Chassaigne. Il ne faut pas demander, il faut exiger !

Mme Christine Lagarde, ministre de l’économie. J’espère vivement qu’elles seront au rendez-vous. Elles nous le diront très prochainement, lorsque le Président de la République les recevra. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

M. le président. Nous en avons terminé avec les questions au Gouvernement.

Suspension et reprise de la séance

Pour en savoir plus : site de l’AN

Imprimer