19-01-2010

Les activités et stratégies de l’entreprise AREVA

Commission du développement durable et de l’aménagement du territoire

Mercredi 13 janvier 2010 _ Séance de 9 heures 30

Compte rendu n° 28

La commission du développement durable et de l’aménagement du territoire a entendu Mme Anne Lauvergeon, présidente du directoire d’AREVA, sur les activités et la stratégie de l’entreprise.

(…)

M. André Chassaigne. On dit de vous, madame, que vous êtes une maîtresse femme. Quelle est donc votre définition de la maîtrise ? Par exemple, quel est votre niveau de maîtrise du modèle de l’énergie nucléaire, alors qu’on entend beaucoup de choses concernant votre influence sur les orientations de l’État, sur EDF ou sur votre fameuse « stratégie Nespresso » ? Quel est, alors que votre branche de transport et de distribution a été vendue pour dégager des moyens, votre niveau de maîtrise de l’approvisionnement en combustible nucléaire, notamment en termes d’exploration et d’exploitation des ressources minières ? Et quel est votre niveau de maîtrise de la sous-traitance, alors que vous parlez vous-même de maîtrise de la filière nucléaire ? Cela implique-t-il une intégration aussi complète que possible, ou conservez-vous une sous-traitance et avec quelle participation de l’État, pour assurer la maîtrise de la filière ?

(suite des interventions)

Comment mobiliser un territoire autour de l’université ? C’est une question que nous nous posons dans beaucoup d’endroits de France. Nous sommes prêts à travailler non seulement avec l’université, mais aussi au niveau des qualifications des métiers à forte valeur ajoutée, comme celui de soudeur. M. Chassaigne, c’est la première fois qu’on me dit que je suis une « maîtresse femme ». Ce qui est sûr, c’est que toutes vos questions m’apprennent beaucoup de choses. Cela va faire onze ans que je suis dans l’énergie, et onze ans que j’apprends. Vous pouvez être assurés que j’entends chacune de vos questions.

Il n’est pas question d’intégrer tous nos sous-traitants : en revanche, nous privilégions des partenariats de long terme. Nous avons défini le label AREVA, qui a été remis à cent vingt entreprises françaises que nous suivons particulièrement. Pour faire face à la crise, nous avons également mis en place un système d’accompagnement des entreprises en détresse qui travaillent pour nous. Nous avons pu nous faire leur intermédiaire auprès du FSI ou des banques, par exemple.

(suite et fin de l’intervention)

Pour en savoir plus : Site de l’AN - Comm. Dev. Durable

Imprimer