27-05-2021

Augmentation importante des prescriptions de méthylphénidate et autres psychostimulants ou psychotropes

M. André Chassaigne interroge M. le ministre des solidarités et de la santé sur l’augmentation importante des prescriptions de méthylphénidate et autres psychostimulants ou psychotropes.

Le méthylphénidate, psychostimulant, est utilisé chez les jeunes pour traiter les troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité (TDAH), s’accompagnant, d’après la réponse ministérielle du 18 juin 2019 à la question écrite n° 20343, « d’effets indésirables cardiaques, neuro-psychologiques et cardiovasculaires lors d’une utilisation sur le long terme pour une efficacité jugée parfois modeste sur les symptômes de l’hyperactivité, de la qualité de vie et du comportement scolaire ». Ces allégations ne citent toutefois pas les études et données médicales permettant de les étayer, notamment la réalité d’effets indésirables graves. Certes, d’après le rapport « Méthylphénidate : données d’utilisation et de sécurité d’emploi en France », publié en 2017 par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), 30 % des premières prescriptions de ce dérivé d’amphétamine, classé stupéfiant, sont établies par des médecins non hospitaliers, pédiatres, psychiatres ou neurologues, ce qui pourrait générer d’éventuels abus.

Concernant les psychotropes (neuroleptiques, anti-convulsivants, anxiolytiques, antidépresseurs, thymo-régulateurs), une consommation non maîtrisée pourrait induire des addictions, sous couvert médical, à l’instar des drogues comme le tabac, l’alcool et le cannabis, qui menacent la santé et l’avenir des jeunes, surtout en période de grande vulnérabilité.

Devant ces inquiétudes, Mme la ministre des solidarités et de la santé avait déclaré le 18 juin 2019 solliciter l’ANSM pour disposer d’un état des lieux actualisé et des actions mises en œuvre. Pourtant, aucun rapport ou étude n’ont encore été publiés par l’ANSM. 

Il lui demande de l’informer de l’état d’avancement des études et rapport de l’ANSM sur la prescription et la consommation du méthylphénidate, et autres psychostimulants ou psychotropes.


Question N° 39153 Question publiée au JO le : 25/05/2021 page : 4324


Voir la question + la réponse (si parue) sur le site de l’Assemblée nationale.

Pour en savoir plus : André Chassaigne - BP

Imprimer