11-12-2019

Collèges ruraux : une situation d’inégalité qui pénalise les élèves

M. André Chassaigne attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse sur la situation d’inégalité qui pénalise les élèves des petits collèges ruraux.

En effet, l’arrêté du 16 juin 2017 modifiant l’arrêté du 19 mai 2015 relatif à l’organisation des enseignements dans les classes de collège stipule dans son article 6 : « Outre la dotation horaire correspondant aux enseignements obligatoires, une dotation horaire, sur la base de trois heures par semaine et par division, est mise à la disposition des établissements qui en arrêtent l’emploi conformément à l’article D. 332-5 du code de l’éducation et dans les conditions prévues aux II et III de l’article D. 332-4.

Cette dotation horaire attribuée à l’établissement lui permet de favoriser le travail en groupes à effectifs réduits et les interventions conjointes de plusieurs enseignants.

En outre, elle peut être utilisée pour proposer un ou plusieurs enseignements facultatifs ». Les dispositions de cet arrêté signifient sans ambigüité qu’une dotation horaire de base de quatre fois 29 heures de cours est attribuée à tous les collèges de France pour assurer les enseignements obligatoires.

Cette dotation est donc un minimum correspondant aux quatre niveaux d’un collège (sixième, cinquième, quatrième et troisième). Or, dans des collèges de moins de 80 élèves, la dotation en heures de cours pour les quatre classes est attribuée pour seulement trois, voire deux divisions, conduisant ainsi à créer des classes à double niveau (sixième-cinquième, quatrième-troisième) pour certains enseignements, quelquefois pour la totalité des enseignements, spoliant de fait des élèves de la moitié des heures de cours de leur division dans les classes fusionnées.

Cette baisse de dotation engendre inévitablement une baisse de la qualité des enseignements. Elle remet ainsi en cause l’égalité des chances et fragilise le maintien de ces collèges ruraux.

Il sollicite donc de sa part un état précis des collèges concernés par cette situation avec, pour chacun d’eux, le nombre d’heures attribuées. Sur ce constat, il lui demande de rétablir l’égalité républicaine sur le territoire en dotant les petits collèges des moyens réglementaires.

Pour en savoir plus : André Chassaigne - AC

Imprimer