25-07-2005

EURODEC et COUZON : compte-rendu du rendez-vous au Ministère.

André Chassaigne a été reçu, ce mercredi 6 juillet, en compagnie du député de la Loire Dino Cinieri, par Monsieur François Buffeteau, conseiller technique « redéploiement industriel et entreprises en difficulté » auprès du ministre de l’industrie, pour s’entretenir de l’avenir du groupe Eurodec.

Les principaux sites de ce groupe industriel sont en effet situés sur les circonscriptions de ces deux parlementaires : le siège social d’Eurodec est situé au Chambon-Feugerolles dans la Loire ; la principale usine (Dapta) est située à Thiers.

Le représentant du ministère a confirmé qu’un protocole d’accord était en bonne voie. Il a été élaboré sous l’égide du comité interministériel pour la restructuration industrielle (CIRI), en collaboration avec les banques et créanciers, dans le cadre du plan de redressement de l’entreprise. Il consiste notamment en un étalement de la dette jusqu’en 2012. UBS s’est engagé à injecter 15 millions d’euros pour préserver l’entreprise.
Les deux parlementaires ont demandé que le contenu de cet accord soit rapidement communiqué aux représentants des salariés du groupe, pour information. Monsieur Buffeteau a précisé que ce type d’accord était confidentiel et que le rôle du ministère des finances était avant tout celui d’un facilitateur, utile pour débloquer une situation obstruée, comme elle l’était avant la précédente visite au ministère de l’industrie d’André Chassaigne et de représentants des salariés du groupe Eurodec.

Les deux députés ont aussi insisté sur la nécessité de trouver une solution globale et pérenne pour l’ensemble du groupe Eurodec et ont exclu toute perspective de suppressions d’emplois et de fermetures de sites. Au cas où le protocole d’accord n’irait pas à son terme, ils prendront conjointement l’initiative d’une table ronde associant notamment les partenaires sociaux et les élus concernés.

De plus, André Chassaigne a rappelé la nécessité d’effectuer un audit industriel sur le devenir de l’usine Dapta de Thiers, cette étude devant être financée par Eurodec.
Dans cette attente, aucune mesure de suppression d’emplois n’est évidemment justifiable.

André Chassaigne s’est également entretenu avec Monsieur Buffeteau de la situation du groupe Couzon. Il a communiqué au conseiller du ministre toutes les informations en sa connaissance sur la situation de l’entreprise. Le représentant du ministre a donné son accord pour rencontrer, à la fin du mois de juillet, en compagnie d’André Chassaigne, les représentants des salariés. Suivant personnellement ce dossier, Monsieur Buffeteau a soutenu les démarches menées par André Chassaigne, avec la préfecture du Puy-de-Dôme, visant à explorer les moyens de revitaliser les bassins d’emploi de Thiers et Courpière.

Pour en savoir plus : courrier motivant la demande de rendez-vous.

Imprimer