25-10-2018

Encadrement des tarifs applicables en cas de maintien de la couverture santé des anciens salariés

M. André Chassaigne interroge Mme la ministre des solidarités et de la santé sur l’encadrement des tarifs applicables en cas de maintien de la couverture santé des anciens salariés.

L’article 1 du décret n° 2017-372 du 21 mars 2017 encadre les tarifs applicables en cas de maintien de la couverture santé pour les trois premières années d’inactivité. Il instaure une progressivité du plafonnement de ces tarifs.

Ainsi, la première année, les tarifs proposés ne pourront être supérieurs aux tarifs globaux applicables aux salariés actifs. Pour la deuxième année, ils ne pourront être supérieurs de plus de 25 % des tarifs globaux applicables aux salariés actifs. Pour la troisième année, le pourcentage passe de 25 à 50 %.

Ce décret a certes pour objectif de permettre aux salariés inactifs de maintenir une couverture santé avec des appels de cotisations encadrés. Néanmoins, il ne prévoit absolument aucune disposition pour les années qui suivent le troisième anniversaire de leur inactivité. Cette absence de disposition est parfaitement connue des assureurs et peut engendrer une hausse des cotisations au titre de la complémentaire santé.

Ainsi, certains assurés inactifs se voient contraints de minorer les garanties apportées dans ce cadre. Ceci n’est pas sans conséquence dans l’accès aux soins, également fragilisé par les déserts médicaux. Il n’est pas rare de rencontrer des personnes âgées ne pouvant plus bénéficier de soins dentaires, auditifs ou oculaires au motif de la faiblesse de leur remboursement. Certes, la hauteur des remboursements effectués par la sécurité sociale est également responsable de cet état de fait.

Aussi, il lui demande que soit complété le décret n° 2017-372 afin d’encadrer les tarifs applicables en cas de maintien de la couverture santé des anciens salariés pour les périodes postérieures à la date du troisième anniversaire.


Voir la question + la réponse (si parue) sur le site de l’Assemblée nationale.

Question N° 13444 Question publiée au JO le : 23/10/2018 page : 9509

Pour en savoir plus : André Chassaigne - LC

Imprimer