23-04-2008

« Folle quinzaine »

Article paru le 21 avril dans le quotidien La Montagne

« D’un coin du pays à l’autre, jamais son nom n’a été autant de fois cité en si peu de temps. Son heure de gloire, le député communiste du Puy-de-Dôme la doit à son amendement 252 sur le projet de loi sur les OGM.

Ça été son tremblement de terre émotionnel. Aux multiples secousses. Et elles n’en finissent plus. La plus vertigineuse remonte au mercredi 2 avril, évidemment, lorsque son amendement 252 sur le projet de loi sur les OGM a été adopté à l’Assemblée nationale. Par 32 voix contre 30. Il était près de 23 h 50. «  Ça a été une forme d’éclatement de joie général. Germinal Peiro, porte-parole du groupe socialiste, m’a dit : «  On aurait cru que tu avais gagné la Coupe du Monde. Ça a même applaudi dans les tribunes, ce qui est pourtant interdit », raconte, encore tout excité, le député André Chassaigne, depuis la Martinique où il assistait hier aux obsèques d’Aimé Césaire. […]

Ce n’est que le lendemain matin, après un couac avec le PS et une mise au point, que la paternité de l’amendement lui est reconnue. «  À partir de là, ça a été un festival pour moi, confie-t-il. J’ai rapidement été assailli de demandes d’interviews. Et en rentrant à l’Assemblée, la semaine suivante, ça a été le tourbillon. D’habitude, quand je passe dans la salle des Quatre Colonnes (au Palais Bourbon, NDLR), où il y a toutes les caméras, personne ne m’arrête. Là, ça a été télés et radios…  ». […]

Depuis, l’amendement Chassaigne fait l’objet de tous les commentaires. Parfois à l’excès. «  Je ne me suis jamais déclaré comme étant un forcené anti-OGM  », rappelle le député communiste, favorable même, sous conditions, à des «  recherches limitées en plein champ ».

Avec cet amendement, il a simplement marqué son attachement au droit de produire et de consommer sans OGM. «  À l’Assemblée, les sans-grade, comme moi, se distinguent s’ils font un coup d’éclat. Mais c’est rare d’être mis à l’honneur pour son travail ». Un petit moment de gloire qu’il n’a pas fini de savourer »

Par : Cédric Gourin cedric.gourin centrefrance.com

Pour en savoir plus : Site de La Montagne

Imprimer