23-11-2007

Pensions de retraite

André Chassaigne attire l’attention de Monsieur le Ministre du Travail sur la nécessité de revaloriser les pensions de retraite.

Le niveau actuel des pensions les plus basses, ne permet plus de satisfaire les besoins élémentaires. L’érosion du pouvoir d’achat des pensionnés est d’ailleurs reconnue par les pouvoirs publics, sans, pour autant, que des mesures de revalorisation soient décidées. Or, il serait caricatural de considérer les 13 millions de retraités, en France, uniquement comme un coût. Leur apport à la société est désormais reconnu. Les actions bénévoles qu’ils conduisent au sein de nombreuses associations et les liens qu’ils tissent ainsi, au cœur de la société, sont indispensables à l’équilibre des diverses générations.

André Chassaigne insiste sur le fait que chacun d’eux est confronté à des dépenses incontournables et à des hausses du coût de la vie, au même titre que les actifs. De plus, l’indice actuel de revalorisation des pensions minimise les conséquences de l’inflation et ampute, de façon importante, leur pouvoir d’achat. Enfin, il rappelle qu’une conférence, prévue par l’article 27 de la loi du 21 août 2003, a pour mission de « veiller au respect de la garantie du pouvoir d’achat des pensions »

En conséquence, André Chassaigne souhaite connaître les intentions de Monsieur le Ministre quant à la prochaine réunion de cette commission. Il désire également savoir les délais dans lesquels elle se réunira.

Réponse du Ministre du 22/04/08 :

L’attention de M. le ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité a été appelée sur la garantie du niveau de vie des retraités, sujet qui constitue l’une des priorités du Gouvernement.

La loi du 21 août 2003 portant réforme des retraites permet de garantir le pouvoir d’achat des retraités en prévoyant une indexation des pensions de retraite sur les prix. Comme les années précédentes, cette règle a été appliquée pour l’année 2008 en fonction des prévisions d’inflation disponibles lors de l’élaboration du projet de loi de financement de la sécurité sociale.

Cette loi prévoit également qu’une conférence présidée par le ministre chargé de la sécurité sociale et réunissant les organisations syndicales et professionnelles représentatives au plan national peut proposer au Parlement une correction au taux de revalorisation de l’année suivante s’il apparait que le pouvoir d’achat des retraités n’a pas été maintenu.

Le ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité a réuni cette conférence le 20 décembre 2007 afin de faire le point en toute transparence sur cette question avec l’ensemble des partenaires sociaux et de s’assurer que le pouvoir d’achat des retraités a bien été garanti depuis le vote de la loi du 21 août 2003.

Au vu du bilan des revalorisations effectuées sur les exercices précédents et compte tenu des derniers chiffres publiés sur l’évolution des prix, il a été pris acte de l’écart positif de 0,2 % au-delà de l’inflation dont ont bénéficié les retraités sur la période 2004-2006 et du fait que, d’après l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), l’inflation constatée en 2007 pourrait être supérieure aux prévisions.

Le ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité a indiqué très clairement dès l’issue de cette conférence, que le Gouvernement n’avait pas l’intention d’attendre le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS 2009) pour procéder le cas échéant à une correction. Un point précis sera fait à l’occasion du rendez-vous sur les retraites de 2008 et les décisions seront prises dans ce cadre sur la base de l’inflation constatée pour 2007 et des prévisions corrigées pour 2008.

La garantie du pouvoir d’achat de l’ensemble des retraites est pour le Gouvernement une obligation morale, sociale mais aussi légale. C’est pourquoi, compte tenu de l’écart constaté aujourd’hui entre l’inflation prévue et de la hausse réelle des prix, il n’est pas question de se limiter à une revalorisation de 1,1 au titre de l’année 2008. Ce point sera discuté avec les partenaires sociaux dans les semaines qui viennent à l’occasion du rendez-vous sur les retraites.

Pour en savoir plus : Eric

P.-S.

Question n° 11297 publiée au JO du 27/11/07
Réponse publiée au JO du 22/04/08

Imprimer