13-03-2003

Projets de décentralisation des CIO

Monsieur André Chassaigne attire l’attention de Monsieur le Ministre de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche au sujet des projets de décentralisation des centres d’information et d’orientation (CIO). Les CIO sont des services du ministère de l’éducation nationale qui ont pour mission de suivre et d’accompagner les élèves (et leurs familles) des collèges et des lycées afin d’élaborer, avec eux, leurs parcours de formation. Ce sont des lieux d’accueil, d’information et d’échange, des services de proximité très fréquentés par les élèves, des centres qui travaillent toujours en lien avec les établissements de l’éducation nationale. Les projets de décentralisation des CIO inquiètent beaucoup les conseillers d’orientation psychologues (COP). Ils s’interrogent notamment sur l’évolution de leur statut et de leur métier.

Monsieur André Chassaigne demande donc à Monsieur le ministre s’il est prêt à donner le maximum de garanties statutaires aux conseillers d’orientation psychologues notamment en matière de mobilité.
En ce qui concerne leur métier les COP refusent notamment la décentralisation qui donnerait lieu à une fusion de leurs services avec les administrations chargées de l’insertion dans les régions. Un tel rapprochement de services réduirait incontestablement l’efficacité des CIO car ils perdraient leur proximité avec les élèves et les établissements. Et ce n’est pas la fonction des professeurs, comme on peut parfois l’entendre, de se substituer aux COP. Ils ne disposent en effet ni du temps ni des informations suffisantes pour répondre aux besoins et aux attentes spécifiques de chaque élève.
Le risque de dilution des CIO dans les missions locales d’insertion risque aussi de dénaturer la mission des COP. Leur travail répond aujourd’hui à une mission éducative ; il est dégagé de pressions locales. Il répond au seul intérêt des élèves et à la forte demande d’éducation de ces élèves et de leurs familles, conscients qu’une formation générale de haut niveau est essentielle dans le monde d’aujourd’hui, au regard de l’évolution rapide des techniques et des métiers. Leur travail donne aux élèves une vision plus large et plus claire de leur avenir ; il permet de ne pas limiter l’horizon des élèves au seul bassin d’emploi ou à la seule région où ils ont grandi.
Si le travail des COP devait être en adéquation avec les politiques régionales de formation professionnelle il existerait un risque réel de soumission de ce travail d’orientation aux besoins économiques de court terme des entreprises de la région. Les COP devraient ainsi défendre des filières momentanément porteuses sur un bassin d’emploi mais seront alors moins au service des élèves qu’à celui des entreprises. L’horizon géographique et scolaire des étudiants se retrouverait limité d’autant.

En conséquence Monsieur André Chassaigne demande à Monsieur le ministre pour quelles raisons cette décentralisation des CIO est envisagée. Quelles garanties aurait-on afin que la mission de ces CIO auprès des élèves et de leurs familles ne soit pas dénaturée ? Comment pourrait être garantie l’autonomie de ces CIO à l’égard des missions locales des régions ? Toujours dans la perspective de cette décentralisation, quelles garanties statutaires êtes vous prêts à donner aux COP ?

Imprimer