21-09-2021

Transport des usagers voyageant avec leur vélo dans les TER

M. André Chassaigne interroge Mme la ministre de la transition écologique sur la nécessité d’améliorer et de promouvoir le transport des usagers voyageant avec leur vélo sur les trains express régionaux (TER), gérés par la SNCF et les Régions.

Un voyageur peut emporter avec lui un vélo dans les rames de TER, mais à condition qu’il soit accroché, pour des raisons de sécurité, aux emplacements prévus, mais dont le nombre est malheureusement trop limité. Or, il ne peut toujours pas réserver l’emplacement de son vélo avec son billet de transport, contrairement aux lignes nationales. Les voyageurs souhaitant embarquer ce vélo pour les loisirs, le sport ou le travail, peuvent se voir refuser au dernier moment l’accès au TER et rester sur le quai.

Certes, un contrôleur compréhensif peut accepter, mais il se met alors en infraction et prend lui-même le risque d’être poursuivi en cas de blessures ou d’accident. Ainsi, l’absence de réservation de l’emplacement du vélo est de nature à générer des insatisfactions, des incompréhensions, malgré la complémentarité évidente de ces modes de transport de proximité. Elle rend impossible l’organisation à l’avance de voyages multimodaux individuels ou en groupe, réguliers ou ponctuels et a donc des conséquences directes sur la fréquentation des TER. Quant aux voyageurs voulant faire des allers-retours, par exemple pour leur travail, ils ne s’engagent pas, même si le train est peu fréquenté à l’aller, car sans garantie d’une place vélo au retour. Alors que les emplacements vélos ne réduisent pas ou peu le nombre de places assises, la capacité d’emport dans les rames doit être augmentée, pour répondre à une demande croissante.

L’assistance électrique révolutionne notamment ce mode de transport en accroissant sa capacité et son autonomie et en permettant une utilisation plus facile, fréquente et éloignée des gares de départ ou d’arrivée. En définitive, la réservation des emplacements vélos dans les TER permettrait aux opérateurs régionaux et nationaux de mieux connaître la demande, son impact sur la fréquentation des voyageurs, le potentiel de développement et le matériel roulant à mobiliser. D’ailleurs, l’augmentation de la capacité d’emport ne pourrait-elle pas passer par la conception ou l’ajout d’un matériel roulant léger dédié et sécurisé ?

André Chassaigne interroge Madame la Ministre sur les actions à mettre en place pour améliorer rapidement, avec les acteurs concernés, la prise en charge des vélos et autres modes de transport légers non polluants par les trains express régionaux (TER).

Pour en savoir plus : André Chassaigne - BP

Imprimer