22-02-2022

Volontariat des sapeurs-pompiers et protection civile européenne

M. André Chassaigne interroge M. le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, chargé des affaires européennes, sur la protection civile européenne et tout particulièrement sur la situation des sapeurs-pompiers volontaires.

Le Président de la République a annoncé dès 2017 que la protection civile faisait partie de ses priorités européennes. C’est un sujet d’une importance cruciale, au vu de l’augmentation des risques de catastrophes naturelles, lié notamment au dérèglement climatique ainsi que des risques d’origine anthropique, ou encore sanitaires.

Face à ces crises, la mise en commun des connaissances permet de mieux se préparer collectivement aux risques, qu’ils soient ou non prévisibles. Le Mécanisme de protection civile de l’Union (MPCU) est un instrument essentiel de solidarité qui doit être renforcé.

Poursuivre la coordination de ressources à l’échelle européenne et mettre en commun d’autres capacités de réponse aux crises seraient un bel objectif pour la présidence française du Conseil. En France, le système de sécurité civile repose sur l’engagement de nombreux volontaires. C’est l’engagement citoyen et non pas les indemnités qui en font l’attractivité.

Or la difficulté d’associer temps de bénévolat et activité professionnelle conduit à une baisse du nombre de personnes prêtes à y consacrer leur temps libre. La crise du volontariat est désormais une réalité.

Ainsi, il paraît essentiel de valoriser ce volontariat, qui concerne aujourd’hui 79 % des effectifs de sapeurs-pompiers, car c’est une activité citoyenne qui a du sens, une utilité sociale incontestable et qui participe à la résilience des populations.

Au regard de ces arguments, il lui demande quelles initiatives la France va porter pour encourager et valoriser le volontariat dans l’Union européenne et, plus généralement, quelles seront ses priorités politiques pour la protection civile durant ce semestre de présidence française du Conseil de l’Union européenne.


Voir la question et la réponse ministérielle (si parue) sur le site de l’Assemblée nationale.

Question N° 43972

Question publiée au JO le : 01/02/2022 page : 579


Voir aussi à ce sujet :

Pour en savoir plus : André Chassaigne - AC

Imprimer